Cocktails à Berlin IV

SALUT!

Il y a un petit moment de cela maintenant, je suis allée tester un nouveau bar à cocktail berlinois : Salut!. Cette fois-ci, direction Schöneberg près de U Eisenacher Str. J’en avais beaucoup entendu parlé et je n’ai pas été déçue.

Pour entrer, il faut sonner, on entre dans un espace cosy avec des canapés en cuir, un cadre digne d’un film d’espionnage. Le service est très pro et la carte super originale. Il y a une carte de 13 cocktails, un pour chaque mois de l’année et un bonus, bien sûr tous les classiques sont disponibles et vous pouvez émettre toute demande spéciale, presque rien n’est impossible. J’ai opté pour un cocktail Mars à base de gin et violette, normalement avec du pois-chiche (oui, bizarre) mais j’ai pris sans. Excellent ! Bien frais, on sent bien le goût de la violette. Une amie a pris je ne sais plus lequel servi avec une tranche de bœuf séché (oui oui très bizarre) et elle a pas trop aimé, la serveuse a proposé de changer sans frais, ce qui est sympa, même si l’amie en question a refusé. J’ai ensuite pris un Cosmopolitain, bien réussi, super. Tout le monde était satisfait. Le seul problème c’est que le bar est fumeur et la ventilation pas optimale, mais sinon ambiance agréable. Les prix peuvent aussi paraître élevés avec presque tous les cocktails à plus de 10 €, mais bon, honnêtement, ça les vaut.

 

FAIRYTALE BAR

Prenez la direction de Friedrichshain et de son parc, côté Märchenbrunnen (la fontaine des contes de fées), la rue résidentielle qui le longe et suivez le lapin blanc pour entrer dans un monde féérique au bar à cocktail Fairytale. Sonnez et suivez votre guide dans cet univers fantastique avec un menu plein de surprises. Des cocktails en tout genre plus originaux les uns que les autres, mais aussi des classiques raviront vos papilles dans ce décor magique. Un aller simple pour une soirée hors du temps au cœur de Berlin.

 

Publié dans Berlin - Où sortir ? | Laisser un commentaire

Berlin gourmand XXXV

GOTHAM GRILL

Anciennement The Bird Kreuzberg, le restaurant a changé de proprio et de nom, mais le principe reste le même : des burgers et de la cuisine grassouillette made in USA. L’ambiance est sympa et décontractée, les burgers ne sont plus servis avec des English Muffins mais avec un pain à burger légèrement brioché, niveau cuisson, peut mieux faire, mon burger commandé saignant est arrivé presque bien cuit, c’est bon, mais pas vraiment exceptionnel, à faire si on est dans le coin, mais se déplacer pour, bof.

THE BIRD EXPRESS

Un Bird ferme et un autre ouvre… Dans une petite rue calme près de Hackesher Markt, ce Bird vous accueille dans une ambiance sympa et décontractée. Nous y sommes allées déjeuner avec deux amies cet été, ils ont une offre du midi avec 3 mini burgers et frites maison pour un prix réduit, les filles ont apprécié. Moi j’ai opté pour un burger taille normale avec bacon et bleu, cuit saignant comme demandé, un délice. Seul hic, on me l’a d’abord servi en version 3x mini, erreur de la serveuse, du coup ils nous ont offert une tournée. J’ai pris une deuxième margarita. Déjeuner sympa sous le soleil et pas trop cher.

PICOTEO

Direction Kreuzberg près de Kotti, dans une rue calme pour une soirée aux saveurs méditerranéennes, éventuellement sur la jolie terrasse. Picoteo est un restaurant ibérique spécialisé en tapas, les amateurs de vin y trouvent également leur bonheur, j’ai beaucoup aimé le chorizo cuit dans la sauce tomate, le serrano, le chèvre enrobé de lard ou encore le steak. Ceux qui ont goûté aux spécialités marines ont également apprécié. Personnel très sympa et prix abordables.

Publié dans Berlin - Où manger ? | Laisser un commentaire

La Marmotte a lu : Les plans les mieux conçus, D.P. Prior

Deacon Shader est de retour pour de nouvelles aventures, le livre 2 de la saga Shader et la suite de L’Épée de l’Arckon, Les plans les mieux conçus, est depuis peu disponible en français au format électronique. Attention, si vous n’avez pas lu le 1er tome, la 4e de couverture et cet article révèlent une partie de l’intrigue du livre précédent.

Commençons par le résumé :

Les navires des pilleurs se regroupent et cette fois, leur proie est le dirigeant suprême du Templum : l’Ipsissimus lui-même.

Avec Shader mort et son fragment de la Statue d’Eingana dans les mains de Shadrak l’Invisible, la menace du Déliement de toute la Création est plus forte que jamais.

Dr. Cadman réalise qu’il est trop embourbé et qu’il n’y a rien d’autre à faire que de passer à l’offensive. S’il doit survivre à la guerre latente pour la statue, quels meilleurs alliés pourrait-il avoir qu’une armée de morts-vivants ?

Alors que Sektis Gandaw se rapproche et qu’un choc des cultures menace le Sahul, le philosophe Aristodeus a encore des idées bien à lui pouvant décider du destin de toute l’existence.

Mais avec le passage vers le royaume céleste d’Araboth couvert par l’Abysse, les choses ne sont pas ce qu’elles devraient être. Aristodeus sait que même la mort de Shader peut être tournée à son avantage, après tout, c’est une longue partie et il a toutes les cartes en main.

Mais même les plans les mieux conçus…

En effet, à la fin du 1er tome avec la mort du héros, on se pose de nombreuses questions, on est choqué et on a hâte de connaître la suite. C’est de la fantasy donc on suppose que la solution sera surnaturelle. Et l’auteur a très bien déroulé cette intrigue. Ce deuxième livre est palpitant, passionnant et difficile à poser. On plonge encore plus dans l’âme, souvent tourmentée, des personnages principaux, d’autres personnages se révèlent, des retournements de situation étonnants voir surprenants, tout n’est pas blanc et noir dans ce monde fantastique. Toujours une aussi belle plume, on est emporté dans un tourbillon de combats épiques, de moments touchants, d’interrogations, de magie, d’humour.

Publié dans Les lectures de la Marmotte | Laisser un commentaire

Brandenburg an der Havel

Dimanche, avec deux amies, nous sommes allées explorer la jolie petite ville de Brandenburg an der Havel, qui a donné son nom au Land (région) Brandenburg (Brandebourg). Au bout d’environ une heure de train (au départ du centre de Berlin, si on part de l’ouest c’est plus court), nous sommes arrivées et avons suivi les panneaux vers la Neustadt (nouvelle ville) et l’office du tourisme, ainsi que vers l’Altstadt (ville vieille), cherchant en chemin de quoi se restaurer pour le déjeuner.

Premières impressions : c’est très calme et propre, très joli, plein de couleurs, assez vert. Après avoir traversé une des rues principales de la Neustadt, nous sommes arrivées au Jahrtausendbrücke (pont du millénaire) au-dessus de la Havel et en bas de l’Altstadt.

Tout d’abord, arrêt déjeuner sur une jolie terrasse donnant sur la rivière, un restaurant italien, Toto, les lasagnes et les pâtes étaient pas trop mal, un peu cher cela dit. Mais S. et moi avons apprécié nos tequila sunrise, tandis que Z. a opté pour une option plus sage avec une sorte de mojito sans alcool. Mais dans tous les cas, un moment bien sympa.

Une fois rassasiées, nous sommes parties nous balader le long des berges direction Dominsel (île de la cathédrale) et après quelques détours, notamment dans de jolis coins verdoyants, nous sommes arrivées à la cathédrale, un très beau bâtiment. Puis nous avons ensuite pris le chemin de l’Altstadt, toujours aussi jolie, des rues pavées, de belles maisons, tout calme et propre. Nous nous sommes arrêtées à un musée gratuit sur la réformation, puis l’hôtel de ville gardé par un chevalier qui semble avoir un problème avec ses parties génitales (position de main assez étrange). Nous avons ensuite continué un peu à l’aveugle, en finissant par tomber sur le mémorial pour les victimes de l’euthanasie du système T-4 sous les nazis, pas très joyeux.

Ensuite, demi-tour, avec la mission d’aller manger des gaufres. Un petit café sur et sous le pont du millénaire affiche des gaufres, mais pas de chance, pas de gaufres ce jour-là et la pauvre S. n’avait que ça en tête alors on cherche plus loin. Au final, dans la Neustadt, nous nous posons à un glacier qui a bien des gaufres sur sa carte, mais seulement d’octobre à mars, donc au final ce fut des crêpes avec fruits et glaces, pas trop mauvaises, mais pas servies très chaudes.

Après cela, comme nous avions vu presque tout ce qu’il y avait à voir, nous avons pris le tram direction la gare pour rentrer à Berlin. Une bien belle journée, avec juste quelques gouttes de pluie, même si le soir j’étais cassée, Brandenburg est une ville très mignonne, idéale pour une petite journée au calme. Durant notre balade, quelque chose nous a intriguées, partout dans la ville on trouve des petites statues de chien avec des sortes de cornes, j’ai cherché en rentrant, c’est un hommage d’une artiste de la ville au comique allemand Loriot, né à Brandenburg, qui adorait ce genre de chiens.

 

>>PHOTOS<<

Publié dans Brandebourg | Laisser un commentaire

Berlin Gourmand XXXIV

DU BONHEUR

Il y a quelques temps déjà, je suis allée goûter dans une pâtisserie à la française de Mitte, près de U Bernauer Strasse. Du Bonheur, et c’est vrai que c’est beaucoup de bonheur cet endroit ! Du bonheur pour les papilles ! Il y a assez de place pour manger sur place dans un cadre sympathique, ou sur la terrasse par beau temps et un large choix de pâtisseries fines. J’ai goûté les croissants et les brioches, excellents ! Leurs éclairs sont originaux avec une pâte un peu croustillante et j’adore leur mousse chocolat-coco. Ils ont un large choix de macarons parisiens (oui pour moi les vrais macarons sont de Boulay en Moselle :p ), je n’ai pas goûté car je ne cours pas après. Vraiment un bel endroit pour un petit-déjeuner ou un goûter, ou même un déjeuner car ils ont des quiches et des fougasses aussi (à tester).

TOMMI’S BURGER JOINT

Cela faisait longtemps que j’avais entendu parler de ce resto de burgers de Mitte (proche Rosenthaler Platz) et j’y suis allée récemment et je n’ai pas été déçue ! Certes les prix sont un peu élevés, mais la qualité est là. J’ai pris un cheeseburger avec bacon bien saignant, la viande était tendre, le pain très bon, la salade fraîche et il y a en plus plusieurs sauces et ingrédients (genre cornichon, oignons grillés, etc) disponibles gratuitement. Les frites elles aussi sont bonnes et le milk shake également. L’endroit est sympa, un peu sombre, déco originale, personnel sympa. Quand on commande (au comptoir), on vous demande votre nom, bizarrement, quand j’ai dit le mien elle est passée directement au français, allez savoir pourquoi ! 😉

LA BUVETTE

Il y a quelques temps, j’ai lu un article sur un restaurant/bar à vin français de Prenzlauer Berg que je connaissais pas encore. Cela avait l’air bien alléchant (et puis ils sont affiliés à La Bonne Franquette, bon signe) alors je suis vite allée voir ça. Joli petit local voué à l’adoration du vin avec une carte sympa, quoi que limitée pour les végétariens. Foie gras, quiches (officiellement une Lorraine mais ils mettent du fromage dedans, j’ai informé le serveur qui ne savait pas, mais en tant que quiche lorraine authentique moi-même je sais de quoi je parle), cassoulet, salade, tartare,… Et bien sûr une bonne pièce de viande de bœuf, du rumpsteak argentin servi coupé avec une sauce crème moutardée et des frites maison, un régal ! Pour le dessert, le coulant au chocolat est également à tomber. Les amateurs de vin étaient aussi ravis et les prix sont raisonnables.

Publié dans Berlin - Où manger ? | Laisser un commentaire

Escapade à Magdeburg

Avant-hier je suis partie à Magdeburg pour une petite escapade et suis revenue hier soir. J’avais besoin d’une petite pause, de m’évader, de disparaître 2 jours. Dimanche soir, j’ai réservé mon petit voyage, je serais même partie plus tôt si je n’avais pas eu des engagements privés et professionnels mardi et mercredi. J’ai fermé boutique pour 2 jours (et je travaille ce week-end à la place), j’ai laissé le pc à la maison, j’ai déconnecté mon téléphone d’internet et jeudi matin j’ai pris la direction de la gare routière principale, direction Magdeburg en Sachsen-Anhalt, 1h30 de bus en temps normal (avec les travaux y’a souvent des bouchons et donc des retards). J’adore mon boulot, mais j’ai tendance à travailler tous les jours, donc à passer des heures et des heures assise devant un écran, ce qui n’est pas totalement bon pour mon dos et mes yeux, et puis se changer les idées ne peut faire que du bien.

Je suis arrivée entre-midi à Magdeburg et me suis mise en route vers mon hôtel dans le centre de la vieille ville, comptant m’arrêter en chemin pour déjeuner, et au bout de quelques minutes, je tombe sur un restaurant tchèque, Wenzer Prager Bierstube, avec les noms des plats en tchèque, dont du smazeny syr (fromage pané que je mangeais souvent en sortant de boîte quand je vivais à Brno), une belle terrasse sur une jolie place, je ne pouvais que m’arrêter. Le plat arrive, souvenirs gustatifs, très bon, mais l’orage se lève alors je me réfugie à l’intérieur et commande un dessert, crêpes avec cerises chaudes, et un verre de slivovice. Une fois la pluie partie, je prends la direction de l’hôtel pour aller poser mes affaires.

J’ai séjourné au Art Hotel, un superbe hôtel 3* (pour une nuit on peut se faire plaisir) au sein de la Grüne Zitadelle (citadelle verte), une œuvre d’art architectural de Hundertwasser (célèbre architecte allemand) qui est plus rose que verte (la verdure est sur les toits). Belle et grande chambre climatisée avec une salle de bain très originale, j’adore.

Ensuite, je pars m’aventurer vers le Dom, la cathédrale (protestante je crois), un superbe édifice impressionnant, je me balade un peu dans le quartier, puis finis par me réfugier à un café de la Grüne Zitadelle avec un chocolat chaud et de la lecture pour échapper à la pluie. Je me balade ensuite dans la Citadelle avant de retourner à l’hôtel en attendant que cesse la pluie.

En fin d’après-midi, je pars me promener, près de la cathédrale Saint Sébastien (catholique) je suis saluée en espagnol par un autre touriste, je réponds donc en espagnol et je papote donc avec un groupe de mexicains qui sont là deux semaines pour une formation avant de reprendre ma balade qui me mènera jusqu’au musée d’art culturel avant que je fasse demi-tour et cherche où aller me restaurer.

En face de l’hôtel, il y a un restaurant de viande, recommandé par l’hôtel, Los Gauchos, je me laisse tenter. Le personnel est assez sympa, je commence par un cocktail à base de rhum et plein de jus de fruit, puis un faux-filet de bœuf argentin. À la commande, elle me demande si je le veux à point ou bien cuit ? Même pas elle propose saignant… Je commande saignant et l’obtiens saignant. La viande est tendre et très bonne. Superbe.

Je pensais ensuite prendre un verre au bar de l’hôtel, mais il était vide, je suis pas toujours à l’aise seule le soir dans un bar, mais seule cliente dans un bar vide, bof, du coup je suis restée dans la chambre, lecture, écriture, TV. L’orage grondait dehors, le vent soufflait violemment, j’ai eu du mal à dormir. Le lendemain, petit-déjeuner à l’hôtel, plutôt déçue. Déjà, y’a pas de bacon proposé avec les œufs brouillés, la charcuterie et le fromage pas terribles, du genre qu’on achète au discounter, pour le prix et les étoiles, ça craint. Un buffet tout à fait normal, rien d’exceptionnel, j’aurais mieux fait de m’en passer. Enfin bref.

Une fois rassasiée, je retourne dans la chambre traînasser, le ciel est encore gris, puis je me rends vers l’Altmarkt, l’ancien marché où se tient le marché d’ailleurs, le cavalier doré, le vieil hôtel de ville, une église. Alors l’église a une tour que l’on peut monter, fermée ce jour-là bien sûr… Je me promène alors le long de l’Elbe, le soleil joue à cache-cache avec les nuages, le vent souffle régulièrement, je garde souvent mon gilet et fais l’impasse sur la crème solaire.

Après quelques pauses sur des bancs à lire un peu je retourne vers la vieille ville, où je me pose sur un banc face à la Citadelle pour bouquiner. Le centre se fait rapidement, du fait des orages je n’ai pas pu tout faire jeudi et donc pour le vendredi matin il n’y avait plus grand chose à voir, et en même temps pas assez de temps pour aller dans les parcs, d’autres endroits au bord de l’Elbe et aux lacs car je devais être à la gare routière à 15h.

Je me rapproche ensuite de la gare, déjeune vite fait dans un fast-food et puis m’installe à un glacier et avance un peu sur mon roman (j’avais imprimé le dernier chapitre écrit et embarqué mon matériel de référence). Et alors que je me mets en route pour la gare routière, je vois que j’ai un message de Flixbus qui annonce 20 minutes de retard du bus. Finalement ce fut 30 minutes de retard et très vite le chauffeur annonce qu’il y a eu un accident sur l’autoroute, qu’il va passer par les petites routes et que l’on arrivera à 18h50 (au lieu de 17h au départ) avant de se reprendre, non 18h15. Le trajet fut chaotique, on est un peu ballottés et la clim marche pas bien, mais bon on est arrivés en entier à Berlin. Et en rentrant je découvre avec horreur que je suis rouge aux épaules, bras, dos, décolleté… Pluie, nuages, peu de soleil et je crâme tout de même…

Un petit séjour bien agréable malgré le mauvais temps, Magdeburg est une jolie petite ville et je pense que je devrais faire ça plus souvent. Au moins une fois par mois, laisser le pc éteint, déconnecter le smartphone et aller quelque part, il y a plein d’endroits dans les environs pour des excursions d’une journée.

>>PHOTOS<<

Publié dans Magdeburg (juin 2017) | 1 commentaire

La Marmotte a lu : L’Homme Éternel – Livre 1 : Impulsion, Craig Zerf

Voici un nouveau conseil lecture de Mademoiselle Marmotte. Un livre qu’elle a dévoré mêlant science-fiction et fantasy avec brio : L’Homme Éternel – Livre 1 : Impulsion de Craig zerf. Mais avant toute chose, la quatrième de couverture :

Le monde, comme nous le connaissons, n’est plus.
Un homme reste déterminé. Un homme qui a été formé à l’art sauvage de la guerre. Un homme qui mène sa vie selon des principes. Un homme simple qui ne veut pas du pouvoir qu’il a reçu. Cet homme est le Sergent de la Marine Nathaniel Hogan, attaché à l’ambassade américaine de Londres et, bien qu’il ne le sache pas, il est l’Homme Éternel.

La première impulsion a eu lieu lors de l’année 2022 de l’ancien calendrier. Une séquence d’énormes éruptions solaires a provoqué une série de massives impulsions électro-magnétiques qui ont arrêté le cœur de notre monde moderne, nous renvoyant à l’ÂGE DE PIERRE.
Des dizaines de milliers sont morts lors des premières heures quand les avions sont tombés du ciel, quand les hôpitaux ont cessé de fonctionner et quand tous les moyens de transport modernes se sont subitement arrêtés.
En quelques jours, le nombre de morts avait atteint des centaines de milliers. Des feux ont ravagé les villes, les réserves d’eau se sont épuisées et les survivants se sont tournés les uns contre les autres, la loi du plus fort surpassant toutes les autres.

Et Nathaniel découvre qu’il a été transformé par de hautes doses de radiations gamma venant des éruptions solaires. Elles ont amélioré ses capacités naturelles, augmentant sa vitesse, sa force et son pouvoir de guérison. Étendant son espérance de vie indéfiniment et lui permettant de drainer le pouvoir des éruptions solaires pour créer de la magique.
Mais même l’Homme Éternel n’était pas prêt pour ce qui allait arriver ensuite, alors que les éruptions ininterrompues fissurent le temps et l’espace, créant un portail par lequel « ils » sont apparus.

Des royaumes fantastiques arrivèrent les orques, les gobelins et, les menant tous, le Bon-peuple.
Étaient-ils là pour aider, ou pour conquérir ?

Après avoir lu un tel résumé, j’étais intriguée et je peux vous dire que je n’ai pas été déçue ! Déjà, le mélange des genres, j’adore ! Très bien fait, on commence par une vision de l’Angleterre apocalyptique qui révèle le pire de l’humanité, mais aussi le meilleur, certains passages sont difficiles (meurtres, tentatives de viol, etc), ce qui ne rend le récit que plus intense. Et puis arrivent les orcs, les trolls, les gobelins et le Bon-Peuple venus d’un autre monde. Plusieurs histoires en parallèle dont certaines finissent par se rejoindre, la situation terrible qui s’empare du monde est dépeinte avec brio. Du suspense, de l’action, de l’humour, des révélations étonnantes, des personnages profonds et attachants. Certains passages m’ont vraiment donné des frissons ! Bref, je ne peux que chaudement le conseiller !

Publié dans Les lectures de la Marmotte | 1 commentaire

Naturkundemuseum, Berlin

Il y a presque un mois, je suis enfin allée au musée d’histoire naturelle de Berlin, le Naturkundemuseum à Mitte, c’est simple il a une station de métro (U6) et de tram à son nom.

Ma principale motivation était de saluer Tristan, un T-Rex qui a vécu toute sa vie avec une rage de dent, très impressionnant squelette ! L’espace dino est très intéressant avec des jumelles interactives pour voir s’animer les fossiles. Les différentes sections d’animaux empaillés sont également intéressantes, avec des bestioles mignonnes et des beaucoup moins. En chemin, on peut s’arrêter pour admirer une projection d’étoiles au plafond, mais il faut être patient pour avoir une place assise.

Une visite très intéressante et instructive, à conseiller !

PHOTOS

Publié dans Berlin - Découverte de la ville | Laisser un commentaire

Berlin Gourmand XXXIII

TBILISI

Un peu avant Noël, je suis allée dîner dans un restaurant géorgien avec des amis, Tbilisi, à Prenzlauer Berg. Je n’avais jamais goûté à cette cuisine et ce fut donc une découverte totale.

La soirée fut intéressante. Niveau organisation, ils ont encore du travail. Un ami avait réservé par téléphone, ils ont confirmé sans noter et du coup on a eu de la chance qu’ils nous trouvent une table dans un coin, en apportant les chaises au compte-goutte. Après avoir eu nos entrées, on a dû attendre quelques minutes pour des couverts et des serviettes, le service était très chaotique, ils ont inversé des commandes, posé des plats sur la table sans rien dire,… Bref, le service n’est pas professionnel, le personnel est cependant très sympa.

Par contre, en cuisine, c’est autre chose, là, c’est des pro. Tout était exquis. En entrée, j’ai pris un Chatschapuri, une sorte de galette aux fromages géorgiens, super bon. A priori, l’entrée avec les aubergines, la soupe et la salade au poulet étaient aussi très bons. Ensuite, on a presque tous pris la principale spécialité, le mzadi, une brochette de viande marinée avec légumes, patates, sur des pains pita sans levure. J’ai pris le poulet, excellent, bien tendre, bien juteux, un régal. Le saumon, le mélange bœuf/porc haché et l’agneau ont été appréciés.

Les prix restent raisonnables, on y retournera, c’est sûr, malgré le service chaotique.

 

STREET ANGELS

Il y a quelques temps, je suis allée déjeuner avec une amie dans un restaurant qui semble venir d’ouvrir. Elle avait un groupon pour les burgers et nous sommes donc allées tester ça. Il s’agit de Street Angels à Prenzlauer Berg, près de Helmholtzplatz.

L’accueil est sympa, bon service, assez rapide. Le menu est alléchant, y compris pour le petit-déjeuner. Comme prévu, on a pris les burgers. Moi le Cheeseburger, très bon, seul bémol, trop cuit, cuit à point, je préfère saignant, il faut sûrement préciser. Ma copine le voulait bien cuit et elle l’a eu bien cuit. Sinon, la sauce est bonne, le cheddar est bien fondant, très bon, les frites sont bonnes. Z. a pris celui avec jalapenos et des frites de patates douces et elle a beaucoup aimé. Même sans coupon, les prix sont raisonnables.

 

PAN AMB OLI

En début d’année, avec quelques amis, sur les conseils d’une autre amie, nous sommes allés nous faire une soirée tapas au restaurant Pan amb Oli à Prenzlauer Berg, sur Belforter Straße.

Le cadre est agréable, le personnel est très sympa et le menu bien alléchant. Presque tout est disponible en taille tapa ou taille portion. On a tous pris la taille tapa qui, il faut l’admettre, est soit trop petite, soit trop chère. Cela dit, très bonne qualité. J’ai pris du jambon serrano, un gratin de patates au manchego, des patatas bravas et le chorizo au vin, super. Ils ont aussi plusieurs options sans viande et avec poisson/fruits de mer. Tout le monde était ravi. Un peu cher, mais de temps en temps, ça peut être sympa.

Publié dans Berlin - Où manger ? | Laisser un commentaire

Carnet de voyage : Rostock (2/2)

Mardi 28 février 2017
16h45
Schusters Café, Warnemünde

Hier soir, j’ai donc regardé pour aller à Warnemünde en bateau, mais comme je m’en doutais un peu, il n’y en a pas pendant l’hiver. Donc ce matin, j’ai d’abord été réveillée tôt par la pluie sur les carreaux, je regarde la météo : ça ne doit pas durer, bonne nouvelle car je n’ai ni parapluie ni capuche. Je redors un peu avant d’aller prendre le petit-déjeuner, le buffet est assez sympa si on est pas trop difficile, donc pour moi limité, demain je goûterai peut-être le porridge. À force d’en parler dans une des sagas SF/fantasy que je traduis, faudrait que je voie à quoi ça ressemble en vrai. Bref, ensuite traînage au lit vu qu’au final j’ai fait le port de Rostock hier et je me mets en route vers la gare un peu avant 11h. S-bahn (genre RER) direction Warnemünde, moins de 30 minutes de trajet. Arrivée à destination, je me dirige vers le célèbre Strom, une promenade le long du canal menant à la mer et je me fais directement aborder par un batelier pour un tour du port de Rostock, une heure, 10 €. Vendu ! Je m’installe seule sur le pont supérieur, presque tout le monde est à l’intérieur, il ne fait pas encore trop froid, pas trop de vent. Finalement, d’autres passagers viennent aussi se percher en haut et en route. En prenant la mer, le vent se lève, ou on arrive dans le vent, ça souffle, je m’accroche à mes lunettes et profite de la vue sur la ville, sur l’horizon, sur le port industriel. J’ai eu un moment de faiblesse et suis allée me réfugier en bas quelques minutes.

De retour à terre, j’ai cherché un restaurant pas trop cher, avec des trucs que je mange (ici les spécialités sont à base de poisson) et qui soit vraiment ouvert, certains avaient des ardoises à l’extérieur, donc on peut penser que, mais non ! Donc je finis au restaurant Casa Mia avec une pizza quatre fromages, pas mauvaise, bon la serveuse a d’abord oublié de me rendre la monnaie, mais c’est pas grave.
Suite à cela, direction la plage, 5 km de long, 100 m de large. C’est magnifique, bon difficile de marcher dans le sable, mais sublime. Pas mal de vent bien sûr, au bout des trois quarts je fais demi-tour car la pluie commence à tomber, mais quelques minutes plus tard, le soleil fait irruption, un arc-en-ciel tombe sur la mer, un moment magique. Au bout d’un moment, je quitte la plage et les premiers pas sur le béton sont étranges. Je continue ma promenade jusqu’à l’ancien phare que l’on peut visiter d’avril à octobre. Une pause est la bienvenue et je m’installe au café Schusters où je sirote un bon Sea Breeze avec une superbe vue sur la mer et le début d’un coucher de soleil.

***

Mardi 28 février 2017
20h20
Hôtel GreifenNest, Rostock

Après avoir fini mon cocktail, je suis redescendue sur la plage pour admirer le sublime coucher de soleil, des bandes or et roses qui se déroulent dans le ciel s’assombrissant, des nuages qui prennent des teintes violettes, le tout se reflétant sur les eaux, un spectacle magnifique.
J’ai également marché le long de la jetée avec ce beau spectacle sur le côté pour aller jusqu’à la pointe, sur un plan surélevé d’abord, puis jusqu’au petit phare vert. Une balade magique ! Bizarrement, j’ai croisé plein de couples, à croire que ça doit être romantique, mais bon j’y connais pas grand-chose à la romance moi.
Ensuite, alors que la nuit tombait et que le bleu du ciel devenait de plus en plus foncé, j’ai repris le chemin de la gare pour rentrer au centre de Rostock. Quelques minutes en tram depuis la gare centrale et me voilà dans le centre historique pour manger vite fait.

Et donc me revoilà à l’hôtel où, comme à chaque fois que je voyage seule (donc comme d’habitude), je passerai la soirée dans le confort de ma chambre avec un bon bouquin. En même temps, même si je dépassais ce blocage et arrivais à sortir seule le soir autrement que pour dîner, là, je suis exténuée, mes jambes et mes pieds sont en compote. Donc demain on verra mon état, traînage à l’hôtel et balade dans le centre en essayant de monter la tour de la Petrikirche (y’a une option ascenseur au pire). Faut que je sois à la gare routière au plus tard pour 13h15, donc ça laisse du temps. Bref, on verra.

***

Mercredi 1er mars 2017
17h
Berlin

Ce matin, j’ai une nouvelle fois été réveillée par le bruit de la pluie sur les carreaux. Après avoir traîné au lit, je suis allée petit-déjeuner et j’ai testé le porridge, bof.

Ensuite, vu le temps pluvieux et venteux, je suis restée bouquiner à l’hôtel, d’autant plus que grimper en haut d’une tour par grand vent n’est peut-être pas la meilleure des idées.

Vers midi, je me suis mise en route vers le gare où je me suis posée dans un café pour bouquiner en attendant le bus. Et me voilà à la maison, 3 heures de route sans soucis. Une petite escapade qui m’a fait du bien (mes muscles diront peut-être le contraire), Rostock est mignonne et la plage de Warnemünde très jolie. À refaire au printemps ou en été, car plus de verdure (il y a quelques parcs en ville, mais les parcs en hiver, bof, sauf s’il y a de la neige), on peut aller se baigner, plus de choses sont ouvertes, plus d’activités possibles. À éviter de juin à début septembre pour échapper à la masse touristique et aux prix exorbitants de haute saison. La prochaine fois, je choisirai plutôt un hôtel à Warnemünde que dans la vieille ville ou proche du centre. En tout cas, je rentre avec de jolis souvenirs et encore plus d’envies de découvrir la côte baltique allemande, y’a pas mal à voir là-haut et comme c’est pas loin de Berlin, c’est parfait pour de courtes escapades de 2-3 jours.

>>PHOTOS<<

Publié dans Rostock (Fév. 2017) | 1 commentaire