Escapade à Magdeburg

Avant-hier je suis partie à Magdeburg pour une petite escapade et suis revenue hier soir. J’avais besoin d’une petite pause, de m’évader, de disparaître 2 jours. Dimanche soir, j’ai réservé mon petit voyage, je serais même partie plus tôt si je n’avais pas eu des engagements privés et professionnels mardi et mercredi. J’ai fermé boutique pour 2 jours (et je travaille ce week-end à la place), j’ai laissé le pc à la maison, j’ai déconnecté mon téléphone d’internet et jeudi matin j’ai pris la direction de la gare routière principale, direction Magdeburg en Sachsen-Anhalt, 1h30 de bus en temps normal (avec les travaux y’a souvent des bouchons et donc des retards). J’adore mon boulot, mais j’ai tendance à travailler tous les jours, donc à passer des heures et des heures assise devant un écran, ce qui n’est pas totalement bon pour mon dos et mes yeux, et puis se changer les idées ne peut faire que du bien.

Je suis arrivée entre-midi à Magdeburg et me suis mise en route vers mon hôtel dans le centre de la vieille ville, comptant m’arrêter en chemin pour déjeuner, et au bout de quelques minutes, je tombe sur un restaurant tchèque, Wenzer Prager Bierstube, avec les noms des plats en tchèque, dont du smazeny syr (fromage pané que je mangeais souvent en sortant de boîte quand je vivais à Brno), une belle terrasse sur une jolie place, je ne pouvais que m’arrêter. Le plat arrive, souvenirs gustatifs, très bon, mais l’orage se lève alors je me réfugie à l’intérieur et commande un dessert, crêpes avec cerises chaudes, et un verre de slivovice. Une fois la pluie partie, je prends la direction de l’hôtel pour aller poser mes affaires.

J’ai séjourné au Art Hotel, un superbe hôtel 3* (pour une nuit on peut se faire plaisir) au sein de la Grüne Zitadelle (citadelle verte), une œuvre d’art architectural de Hundertwasser (célèbre architecte allemand) qui est plus rose que verte (la verdure est sur les toits). Belle et grande chambre climatisée avec une salle de bain très originale, j’adore.

Ensuite, je pars m’aventurer vers le Dom, la cathédrale (protestante je crois), un superbe édifice impressionnant, je me balade un peu dans le quartier, puis finis par me réfugier à un café de la Grüne Zitadelle avec un chocolat chaud et de la lecture pour échapper à la pluie. Je me balade ensuite dans la Citadelle avant de retourner à l’hôtel en attendant que cesse la pluie.

En fin d’après-midi, je pars me promener, près de la cathédrale Saint Sébastien (catholique) je suis saluée en espagnol par un autre touriste, je réponds donc en espagnol et je papote donc avec un groupe de mexicains qui sont là deux semaines pour une formation avant de reprendre ma balade qui me mènera jusqu’au musée d’art culturel avant que je fasse demi-tour et cherche où aller me restaurer.

En face de l’hôtel, il y a un restaurant de viande, recommandé par l’hôtel, Los Gauchos, je me laisse tenter. Le personnel est assez sympa, je commence par un cocktail à base de rhum et plein de jus de fruit, puis un faux-filet de bœuf argentin. À la commande, elle me demande si je le veux à point ou bien cuit ? Même pas elle propose saignant… Je commande saignant et l’obtiens saignant. La viande est tendre et très bonne. Superbe.

Je pensais ensuite prendre un verre au bar, mais il était vide, je suis pas toujours à l’aise seule le soir dans un bar, mais seule cliente dans un bar vide, bof, du coup je suis restée dans la chambre, lecture, écriture, TV. L’orage grondait dehors, le vent soufflait violemment, j’ai eu du mal à dormir. Le lendemain, petit-déjeuner à l’hôtel, plutôt déçue. Déjà, y’a pas de bacon proposé avec les œufs brouillés, la charcuterie et le fromage pas terribles, du genre qu’on achète au discounter, pour le prix et les étoiles, ça craint. Un buffet tout à fait normal, rien d’exceptionnel, j’aurais mieux fait de m’en passer. Enfin bref.

Une fois rassasiée, je retourne dans la chambre traînasser, le ciel est encore gris, puis je me rends vers l’Altmarkt, l’ancien marché où se tient le marché d’ailleurs, le cavalier doré, le vieil hôtel de ville, une église. Alors l’église a une tour que l’on peut monter, fermée ce jour-là bien sûr… Je me promène alors le long de l’Elbe, le soleil joue à cache-cache avec les nuages, le vent souffle régulièrement, je garde souvent mon gilet et fais l’impasse sur le crème solaire.

Après quelques pauses sur des bancs à lire un peu je retourne vers la vieille ville, où je me pose sur un banc face à la Citadelle pour bouquiner. Le centre se fait rapidement, du fait des orages je n’ai pas pu tout faire jeudi et donc pour le vendredi matin il n’y avait plus grand chose à voir, et en même temps pas assez de temps pour aller dans les parcs, d’autres endroits au bord de l’Elbe et aux lacs car je devais être à la gare routière à 15h.

Je me rapproche ensuite de la gare, déjeune vite fait dans un fast-food et puis m’installe à un glacier et avance un peu sur mon roman (j’avais imprimé le dernier chapitre écrit et embarqué mon matériel de référence). Et alors que je me mets en route pour la gare routière, je vois que j’ai un message de Flixbus qui annonce 20 minutes de retard du bus. Finalement ce fut 30 minutes de retard et très vite le chauffeur annonce qu’il y a eu un accident sur l’autoroute, qu’il va passer par les petites routes et que l’on arrivera à 18h50 (au lieu de 17h au départ) avant de se reprendre, non 18h15. Le trajet fut chaotique, on est un peu ballottés et la clim marche pas bien, mais bon on est arrivés en entier à Berlin. Et en rentrant je découvre avec horreur que je suis rouge aux épaules, bras, dos, décolleté… Pluie, nuages, peu de soleil et je crâme tout de même…

Un petit séjour bien agréable malgré le mauvais temps, Magdeburg est une jolie petite ville et je pense que je devrais faire ça plus souvent. Au moins une fois par mois, laisser le pc éteint, déconnecter le smartphone et aller quelque part, il y a plein d’endroits dans les environs pour des excursions d’une journée.

>>PHOTOS<<

Publié dans juin 2017 | Laisser un commentaire

La Marmotte a lu : L’Homme Éternel – Livre 1 : Impulsion, Craig Zerf

Voici un nouveau conseil lecture de Mademoiselle Marmotte. Un livre qu’elle a dévoré mêlant science-fiction et fantasy avec brio : L’Homme Éternel – Livre 1 : Impulsion de Craig zerf. Mais avant toute chose, la quatrième de couverture :

Le monde, comme nous le connaissons, n’est plus.
Un homme reste déterminé. Un homme qui a été formé à l’art sauvage de la guerre. Un homme qui mène sa vie selon des principes. Un homme simple qui ne veut pas du pouvoir qu’il a reçu. Cet homme est le Sergent de la Marine Nathaniel Hogan, attaché à l’ambassade américaine de Londres et, bien qu’il ne le sache pas, il est l’Homme Éternel.

La première impulsion a eu lieu lors de l’année 2022 de l’ancien calendrier. Une séquence d’énormes éruptions solaires a provoqué une série de massives impulsions électro-magnétiques qui ont arrêté le cœur de notre monde moderne, nous renvoyant à l’ÂGE DE PIERRE.
Des dizaines de milliers sont morts lors des premières heures quand les avions sont tombés du ciel, quand les hôpitaux ont cessé de fonctionner et quand tous les moyens de transport modernes se sont subitement arrêtés.
En quelques jours, le nombre de morts avait atteint des centaines de milliers. Des feux ont ravagé les villes, les réserves d’eau se sont épuisées et les survivants se sont tournés les uns contre les autres, la loi du plus fort surpassant toutes les autres.

Et Nathaniel découvre qu’il a été transformé par de hautes doses de radiations gamma venant des éruptions solaires. Elles ont amélioré ses capacités naturelles, augmentant sa vitesse, sa force et son pouvoir de guérison. Étendant son espérance de vie indéfiniment et lui permettant de drainer le pouvoir des éruptions solaires pour créer de la magique.
Mais même l’Homme Éternel n’était pas prêt pour ce qui allait arriver ensuite, alors que les éruptions ininterrompues fissurent le temps et l’espace, créant un portail par lequel « ils » sont apparus.

Des royaumes fantastiques arrivèrent les orques, les gobelins et, les menant tous, le Bon-peuple.
Étaient-ils là pour aider, ou pour conquérir ?

Après avoir lu un tel résumé, j’étais intriguée et je peux vous dire que je n’ai pas été déçue ! Déjà, le mélange des genres, j’adore ! Très bien fait, on commence par une vision de l’Angleterre apocalyptique qui révèle le pire de l’humanité, mais aussi le meilleur, certains passages sont difficiles (meurtres, tentatives de viol, etc), ce qui ne rend le récit que plus intense. Et puis arrivent les orcs, les trolls, les gobelins et le Bon-Peuple venus d’un autre monde. Plusieurs histoires en parallèle dont certaines finissent par se rejoindre, la situation terrible qui s’empare du monde est dépeinte avec brio. Du suspense, de l’action, de l’humour, des révélations étonnantes, des personnages profonds et attachants. Certains passages m’ont vraiment donné des frissons ! Bref, je ne peux que chaudement le conseiller !

Publié dans Les lectures de la Marmotte | 1 commentaire

Naturkundemuseum, Berlin

Il y a presque un mois, je suis enfin allée au musée d’histoire naturelle de Berlin, le Naturkundemuseum à Mitte, c’est simple il a une station de métro (U6) et de tram à son nom.

Ma principale motivation était de saluer Tristan, un T-Rex qui a vécu toute sa vie avec une rage de dent, très impressionnant squelette ! L’espace dino est très intéressant avec des jumelles interactives pour voir s’animer les fossiles. Les différentes sections d’animaux empaillés sont également intéressantes, avec des bestioles mignonnes et des beaucoup moins. En chemin, on peut s’arrêter pour admirer une projection d’étoiles au plafond, mais il faut être patient pour avoir une place assise.

Une visite très intéressante et instructive, à conseiller !

PHOTOS

Publié dans Berlin - Découverte de la ville | Laisser un commentaire

Berlin Gourmand XXXIII

TBILISI

Un peu avant Noël, je suis allée dîner dans un restaurant géorgien avec des amis, Tbilisi, à Prenzlauer Berg. Je n’avais jamais goûté à cette cuisine et ce fut donc une découverte totale.

La soirée fut intéressante. Niveau organisation, ils ont encore du travail. Un ami avait réservé par téléphone, ils ont confirmé sans noter et du coup on a eu de la chance qu’ils nous trouvent une table dans un coin, en apportant les chaises au compte-goutte. Après avoir eu nos entrées, on a dû attendre quelques minutes pour des couverts et des serviettes, le service était très chaotique, ils ont inversé des commandes, posé des plats sur la table sans rien dire,… Bref, le service n’est pas professionnel, le personnel est cependant très sympa.

Par contre, en cuisine, c’est autre chose, là, c’est des pro. Tout était exquis. En entrée, j’ai pris un Chatschapuri, une sorte de galette aux fromages géorgiens, super bon. A priori, l’entrée avec les aubergines, la soupe et la salade au poulet étaient aussi très bons. Ensuite, on a presque tous pris la principale spécialité, le mzadi, une brochette de viande marinée avec légumes, patates, sur des pains pita sans levure. J’ai pris le poulet, excellent, bien tendre, bien juteux, un régal. Le saumon, le mélange bœuf/porc haché et l’agneau ont été appréciés.

Les prix restent raisonnables, on a y retournera, c’est sûr, malgré le service chaotique.

 

STREET ANGELS

Il y a quelques temps, je suis allée déjeuner avec une amie dans un restaurant qui semble venir d’ouvrir. Elle avait un groupon pour les burgers et nous sommes donc allées tester ça. Il s’agit de Street Angels à Prenzlauer Berg, près de Helmholtzplatz.

L’accueil est sympa, bon service, assez rapide. Le menu est alléchant, y compris pour le petit-déjeuner. Comme prévu, on a pris les burgers. Moi le Cheeseburger, très bon, seul bémol, trop cuit, cuit à point, je préfère saignant, il faut sûrement préciser. Ma copine le voulait bien cuit et elle l’a eu bien cuit. Sinon, la sauce est bonne, le cheddar est bien fondant, très bon, les frites sont bonnes. Z. a pris celui avec jalapenos et des frites de patates douces et elle a beaucoup aimé. Même sans coupon, les prix sont raisonnables.

 

PAN AMB OLI

En début d’année, avec quelques amis, sur les conseils d’une autre amie, nous sommes allés nous faire une soirée tapas au restaurant Pan amb Oli àPrenzlauer Berg, sur Belforter Straße.

Le cadre est agréable, le personnel est très sympa et le menu bien alléchant. Presque tout est disponible en taille tapa ou taille portion. On a tous pris la taille tapa qui, il faut l’admettre, est soit trop petite, soit trop chère. Cela dit, très bonne qualité. J’ai pris du jambon serrano, un gratin de patates au manchego, des patatas bravas et le chorizo au vin, super. Ils ont aussi plusieurs options sans viande et avec poisson/fruits de mer. Tout le monde était ravi. Un peu cher, mais de temps en temps, ça peut être sympa.

Publié dans Berlin - Où manger ? | Laisser un commentaire

Carnet de voyage : Rostock (2/2)

Mardi 28 février 2017
16h45
Schusters Café, Warnemünde

Hier soir, j’ai donc regardé pour aller à Warnemünde en bateau, mais comme je m’en doutais un peu, il n’y en a pas pendant l’hiver. Donc ce matin, j’ai d’abord été réveillée tôt par la pluie sur les carreaux, je regarde la météo : ça ne doit pas durer, bonne nouvelle car je n’ai ni parapluie ni capuche. Je redors un peu avant d’aller prendre le petit-déjeuner, le buffet est assez sympa si on est pas trop difficile, donc pour moi limité, demain je goûterai peut-être le porridge. À force d’en parler dans une des sagas SF/fantasy que je traduis, faudrait que je voie à quoi ça ressemble en vrai. Bref, ensuite traînage au lit vu qu’au final j’ai fait le port de Rostock hier et je me mets en route vers la gare un peu avant 11h. S-bahn (genre RER) direction Warnemünde, moins de 30 minutes de trajet. Arrivée à destination, je me dirige vers le célèbre Strom, une promenade le long du canal menant à la mer et je me fais directement aborder par un batelier pour un tour du port de Rostock, une heure, 10 €. Vendu ! Je m’installe seule sur le pont supérieur, presque tout le monde est à l’intérieur, il ne fait pas encore trop froid, pas trop de vent. Finalement, d’autres passagers viennent aussi se percher en haut et en route. En prenant la mer, le vent se lève, ou on arrive dans le vent, ça souffle, je m’accroche à mes lunettes et profite de la vue sur la ville, sur l’horizon, sur le port industriel. J’ai eu un moment de faiblesse et suis allée me réfugier en bas quelques minutes.

De retour à terre, j’ai cherché un restaurant pas trop cher, avec des trucs que je mange (ici les spécialités sont à base de poisson) et qui soit vraiment ouvert, certains avaient des ardoises à l’extérieur, donc on peut penser que, mais non ! Donc je finis au restaurant Casa Mia avec une pizza quatre fromages, pas mauvaise, bon la serveuse a d’abord oublié de me rendre la monnaie, mais c’est pas grave.
Suite à cela, direction la plage, 5 km de long, 100 m de large. C’est magnifique, bon difficile de marcher dans le sable, mais sublime. Pas mal de vent bien sûr, au bout des trois quarts je fais demi-tour car la pluie commence à tomber, mais quelques minutes plus tard, le soleil fait irruption, un arc-en-ciel tombe sur la mer, un moment magique. Au bout d’un moment, je quitte la plage et les premiers pas sur le béton sont étranges. Je continue ma promenade jusqu’à l’ancien phare que l’on peut visiter d’avril à octobre. Une pause est la bienvenue et je m’installe au café Schusters où je sirote un bon Sea Breeze avec une superbe vue sur la mer et le début d’un coucher de soleil.

***

Mardi 28 février 2017
20h20
Hôtel GreifenNest, Rostock

Après avoir fini mon cocktail, je suis redescendue sur la plage pour admirer le sublime coucher de soleil, des bandes or et roses qui se déroulent dans le ciel s’assombrissant, des nuages qui prennent des teintes violettes, le tout se reflétant sur les eaux, un spectacle magnifique.
J’ai également marché le long de la jetée avec ce beau spectacle sur le côté pour aller jusqu’à la pointe, sur un plan surélevé d’abord, puis jusqu’au petit phare vert. Une balade magique ! Bizarrement, j’ai croisé plein de couples, à croire que ça doit être romantique, mais bon j’y connais pas grand-chose à la romance moi.
Ensuite, alors que la nuit tombait et que le bleu du ciel devenait de plus en plus foncé, j’ai repris le chemin de la gare pour rentrer au centre de Rostock. Quelques minutes en tram depuis la gare centrale et me voilà dans le centre historique pour manger vite fait.

Et donc me revoilà à l’hôtel où, comme à chaque fois que je voyage seule (donc comme d’habitude), je passerai la soirée dans le confort de ma chambre avec un bon bouquin. En même temps, même si je dépassais ce blocage et arrivais à sortir seule le soir autrement que pour dîner, là, je suis exténuée, mes jambes et mes pieds sont en compote. Donc demain on verra mon état, traînage à l’hôtel et balade dans le centre en essayant de monter la tour de la Petrikirche (y’a une option ascenseur au pire). Faut que je sois à la gare routière au plus tard pour 13h15, donc ça laisse du temps. Bref, on verra.

***

Mercredi 1er mars 2017
17h
Berlin

Ce matin, j’ai une nouvelle fois été réveillée par le bruit de la pluie sur les carreaux. Après avoir traîné au lit, je suis allée petit-déjeuner et j’ai testé le porridge, bof.

Ensuite, vu le temps pluvieux et venteux, je suis restée bouquiner à l’hôtel, d’autant plus que grimper en haut d’une tour par grand vent n’est peut-être pas la meilleure des idées.

Vers midi, je me suis mise en route vers le gare où je me suis posée dans un café pour bouquiner en attendant le bus. Et me voilà à la maison, 3 heures de route sans soucis. Une petite escapade qui m’a fait du bien (mes muscles diront peut-être le contraire), Rostock est mignonne et la plage de Warnemünde très jolie. À refaire au printemps ou en été, car plus de verdure (il y a quelques parcs en ville, mais les parcs en hiver, bof, sauf s’il y a de la neige), on peut aller se baigner, plus de choses sont ouvertes, plus d’activités possibles. À éviter de juin à début septembre pour échapper à la masse touristique et aux prix exorbitants de haute saison. La prochaine fois, je choisirai plutôt un hôtel à Warnemünde que dans la vieille ville ou proche du centre. En tout cas, je rentre avec de jolis souvenirs et encore plus d’envies de découvrir la côte baltique allemande, y’a pas mal à voir là-haut et comme c’est pas loin de Berlin, c’est parfait pour de courtes escapades de 2-3 jours.

>>PHOTOS<<

Publié dans Rostock (Fév. 2017) | 1 commentaire

Carnet de voyage : Rostock (1/2)

img_5538Lundi 27 février 2017
13h40
Burger King, Rostock

Après presqu’un an sans voyage, j’ai décidé de me prendre trois jours de repos et d’aller explorer un peu plus la côte baltique. Je suis partie de Berlin ce matin, direction Rostock, une petite ville qui a l’air toute mignonne.

Le trajet en bus s’est bien passé, j’ai surtout dormi, arrivée vers midi je suis tout de suite allée poser mes affaires à l’hôtel en espérant trouver de quoi manger, mais pas de resto sur le chemin. Je loge à GreifenNest, littéralement nid des griffons, mais je n’en ai pas encore vus… La chambre est sympa, mais ce que je n’avais pas vu en réservant c’est que la salle de bain est partagée avec une autre chambre. Moyen bof quoi.

img_5562L’hôtel est à quelques pas du centre historique, mais mon ventre criant famine, je me suis jetée dans le premier truc trouvé. Burger King, très local et équilibré, mais bon… J’ai vu une tour en arrivant, a priori on peut y grimper.

Cette après-midi, je me concentre sur le centre-ville, demain je me rapproche de la mer en allant à Warnemünde, un endroit prisé des vacanciers allemands en été. Mercredi matin le port et puis retour à Berlin.

***

img_5559Lundi 27 février 2017
20h
Hôtel GreifenNest, Rostock

Après mon déjeuner, je suis retournée à Kröpeliner Tor, la tour ancienne porte, pour 3 € on peut monter voir l’exposition qui raconte la construction de la ville et autre et profiter de la vue par les fenêtres. Et forcément, à monter des millions de marche j’ai eu soif, en voulant sortir ma bouteille d’eau, elle s’ouvre, plouf, le sac, le sol, tout trempé, portefeuille, guide de voyage, carnet, magazine. Hier j’ai eu la bonne idée de ne pas prendre le livre qu’une amie m’a prêté au cas où je finirais celui en court avant la fin du séjour, au cas où… Ben c’est le genre de cas où pour lequel je me félicite d’avoir laissé mon livre à l’hôtel et celui de la copine à la maison.

img_5573Ensuite, je suis allée un peu dans le parc qui longe les remparts à côté, ça a l’air sympa mais ce n’est pas la meilleure saison pour un parc. Donc, j’ai emprunté la Kröpeliner Straße, la rue principale du centre piétonnier, super mignon, des jolies maisons colorées… hébergeant des filiales de grandes chaînes de magasin. L’université est jolie, y’a une fontaine devant avec des sculptures animales et humaines originales. Vu que la fontaine n’était pas activée, j’ai pu m’en approcher. Suite à cela, je suis allée visiter Marienkirche, l’église Sainte-Marie, très jolie, de beaux vitraux, mais glacée. Le temps aujourd’hui était très agréable, pas mal de soleil, entre 12 et 14°C, quelques bourrasques parfois, mais au moins pas de pluie. J’ai donc continué ma balade jusqu’au Neuer Markt (nouveau marché) avec le bel hôtel de ville rose, puis Steintor (la porte de pierre), les rempimg_5587arts, Nikolaikirche (église St-Nicolas) que l’on ne peut pas visiter. Puis ce fut l’heure de faire une pause dans le joli café À Rebours avec un bon chocolat chaud. Un peu de difficulté à me faire comprendre en demandant mon chemin au serveur, ça arrive parfois encore. Mais il a pu m’aider. Donc direction Petrikirche (oui encore une église) où l’on peut monter vers une plateforme, mais en hiver ça ferme à 16h, on verra demain ou mercredi matin. Du coup, je me suis baladée au port, en commençant derrière les locaux d’Aida (compagnie de croisière très célèbre en Allemagne), puis la marina, puis presque le port des gros bateaux, tout ça était très joli. La nuit tombant, j’ai rejoint le centre-ville, direction Neuer Markt où je me suis assise sur un banc face au bel hôtel de ville illuminé en attendant d’aller manger. Après avoir demandé à TripAdvisor ce qui était bon dans le coin, je suis allée à Burwitz Legendär, un petit resto éclectique. Je me suis ofimg_5661fert un cocktail et une patate au four avec poitrine de poulet grillée. Très bon, excellent service. J’ai remarqué qu’il y a plein de resto spécialisés en steaks ici, mais petit budget oblige je me suis abstenue ce soir, on verra demain. Après ce bon repas, je me suis mise en route pour rentrer à l’hôtel, les rues sont désertes à 19h30 et pour bien rassurer, deux cars de police à l’entrée du centre piéton. J’ai pourtant pas ressenti de danger, je me suis, ce soir, juste fait accoster par un mec qui me demandait si j’étais du coin quand j’attendais avant d’aller dîner, quand je lui ai dit non, il a répondu : « Ah comme moi » et a essayé de demander à d’autres personnes, un touriste normal comme moi j’imagine.

Bref, me revoilà à l’hôtel et je suis déçue, je n’ai toujours pas vu de griffon, pour un nid à griffon, c’est bof. Le progimg_5685ramme du soir est d’explorer le net pour m’organiser pour demain si je vais à Warnemünde en train ou en bateau et bouquiner un peu. Et dormir, mes pieds sont en compote, ça faisait longtemps que j’avais pas tant marché, pourtant que 4-5 heures avec des pauses, mais après 2-3 semaines de boulot intenses, mon corps est moins habitué à bouger et il faut pourtant que je me bouge.

Publié dans Rostock (Fév. 2017) | Laisser un commentaire

Marmotte à Warnemünde

Warnemünde est le quartier de Rostock qui s’ouvre sur la mer

img_5701

Port de plaisance

img_5713

En route pour une balade en bateau

img_5726

Am alter Strom (la promenade le long du canal menant à la mer) depuis le bateau

img_5765

Port industriel au loin

img_5773

Toujours sur le bateau

img_5784

img_5805

Vamos a la playa!

img_5817

img_5818

img_5819

img_5864

Le vieux phare

img_5915

Publié dans Rostock (Fév. 2017) | Laisser un commentaire

Marmotte à Rostock

img_5539

Kröpeliner Tor (ancienne porte)

img_5563

Wallanlagen (parc des remparts)

img_5574

Place de l’Université (Universitätsplatz)

img_5588

Marienkirche (Église Sainte-Marie)

img_5620

Hôtel de Ville sur la place du nouveau marché (Neuermarkt)

img_5623

Neuermarkt

img_5628

Steintor (littéralement Porte de Pierre)

img_5629

Près de Steintor

img_5653

Petrikirche (Église Saint-Pierre)

img_5669

Stadthafen (port urbain)

img_5676

Marina

Publié dans Rostock (Fév. 2017) | Laisser un commentaire

Berlin Gourmand XXXII

SCHILLER BURGER WEISSENSEE

schiller

J’avais découvert Schiller Burger à Neukölln il y a quelques années et j’avais beaucoup aimé, quand j’habitais à Friedrischain, un de ceux du quartier livrait à domicile et je commandais de temps en temps. Le jour où j’ai récupéré les clés du nouvel appart, je suis allée me balader dans mon nouveau quartier et j’ai vu qu’il y avait un Schiller Burger. J’y vais de temps en temps, ça fait une pause déjeuner sympa. Donc, celui de Weißensee se trouve tout près du lac, juste à côté de l’arrêt de tram Albertinenstr (M4, 12, M13). La formule Schiller fait ici aussi son effet, de la viande de qualité (je n’ai pas testé les options végétariennes/vegan) cuite comme il faut, bien juteuse, des ingrédients frais, ils proposent aussi des frites de patates douces (j’adore), un personnel sympa. Les prix peuvent paraître élevés pour un burger à Berlin, mais ça les vaut, c’est une explosion de saveur dans la bouche.

DUE EMIGRANTI

emigranti4

Une nouvelle adresse à Schöneberg, Due Emigranti est un restaurant italien aux accents sardes au vu du menu. Pas très loin de U Eisenacher Str c’est un sympathique petit restaurant avec un personnel principalement (exclusivement ?) italien qui propose un menu alléchant.
Ils proposent de nombreuses spécialités sardes, je me rapelle avec délice la bonne cuisine de l’île à laquelle j’ai goûté lors de mon voyage en Sardaigne il y a quelques années. En entrée, j’ai pris un carpaccio de bœuf, excellent, bien rafraîchissant. Ensuite des gnocchis sardes avec sauce tomate, saucisse sarde et pecorino. Les gnocchis avaient une forme de vers, original, en tout cas, excellent. Les filles ont pris des ravioles, dont une avec sauce tomate-canelle et elles ont adoré. Une autre a pris un plat d’entrées, alors c’est pas une entrée pour une personne, assez pour partager à deux ou pour servir de plat principal, pour ce plat on choisit ce qu’on veux dans la vitrine réfrigérée et elle s’est régalée. A priori les desserts sont bons. Aucune de nous n’a pris de pizza, mais je les ai vues passer chez les autres clients, elles sentaient bon et avaient l’air bonnes et à pâte fine. Faudra que j’y retourne pour m’en assurer !
Les prix sont corrects, le service excellent, le personnel est très sympa, un des meilleurs restaurants italiens que j’ai pu tester à Berlin.

CAFÉ SEEBLICK

xpr_1689

Peu avant Noël, je suis allée au Café Seeblick de Prenzlauer Berg, près de Kollwitz Platz. C’était dans un cadre professionnel, mais détendu. Nous étions une grande tablée et le service était tout de même rapide, du moins compte tenu de la taille du groupe. Service très cordial et personnel très sympa d’ailleurs.
Cadre rustique, décontracté, une bonne ambiance sympathique. La carte est assez fournie niveaux boissons et quelques plats classiques sont servis, peu de choix pour les végétariens, mais il y en a tout de même. J’ai pris les spätzles au fromage, très bon. Les prix sont abordables. À refaire.

Publié dans Berlin - Où manger ? | Laisser un commentaire

La Marmotte a lu : L’Épée de l’Arckon de D.P. Prior

arckonSi, comme la Marmotte, vous avez aimé L’Élève du Philosophe et Le Septième Cheval, vous devriez aimer le premier volume de la série Shader de D.P. Prior L’Épée de l’Arckon. Commençons par voir de quoi il retourne grâce à la quatrième de couverture :

Un homme de prière destiné au combat.

Deacon Shader est plein de contradictions. Formé pour la sainteté, il est également le guerrier le plus mortel de sa génération.

Quand la peste frappe le cœur de la ville de Sarum et que l’Abbaye de Pardès est attaquée par une armée de morts-vivants, Shader est projeté sur la ligne de front d’un conflit vieux comme le monde.

Les fragments éparpillés de l’artefact qui avait condamné l’ancien monde, restés cachés pendant près d’un millénaire, refont surface et un ancien ennemi vient les réclamer.

Des armées croisent le fer, de la magie noire est invoquée et une science destructrice menace de défaire toute la création.

C’est le temps du Déliement pour lequel Shader a été préparé depuis son enfance. C’est un temps qui testera les limites de sa foi.

L’aventure commence avec le tournoi pour l’Épée de l’Arckon et se poursuit en Sahul, à l’autre bout du monde. L’histoire est très bien ficelée, des rebondissements et des tournures inattendus, j’ai devoré le livre, bien écrit, palpitant, et la fin… Oh je n’en dis pas plus, mais, wow, il me tarde de lire le livre 2 ! Alors, avis aux amateurs de fantasy, si vous aimez les univers parrallèles, les combats épiques, les morts-vivants, l’humour et la magie, vous devriez aimer ce livre.

Publié dans Les lectures de la Marmotte | Laisser un commentaire